Le séchage

Syndicat d'initiative Nafraiture - Orchimont

  • Le séchage
  • L'ancienne technique de récolte consistait à cueillir les feuilles à mesure qu'elles mûrissaient et à les enfiler en guirlandes qui séchaient suspendues aux façades des habitations. Cette méthode fastidieuse et harassante sera abandonnée pour le séchage des pieds entiers lorsque les surfaces cultivées s'étendront. Les pieds s'accrocheront alors à des esses, sur de gros bâtons, en respectant un espacement permettant une dessiccation adéquate. Plus tard, on accrochera les tabacs à des "boudriès", lattes ou bois provenant d'éclaircies, sur lesquels des clous sans tête retiennent les pieds. Les "boudriès" garnis sont entreposés dans des séchoirs. Ces constructions en bois, couvertes d'ardoises, puis plus tard de tôles, sont aujourd'hui les vestiges des années d'or du tabac dans le paysage de la vallée de la Semois.
  • La dessiccation, avec perte d'eau de 60 à 70% est réalisée en six ou sept semaines. Le tabac a pris une belle coloration havane foncé. Les hommes vont dépendre les plants secs pour les transporter en ballots dans un local chauffé où les femmes vont effeuiller.

Fusce mauris

Mauris ligul

  • Sestibulum iacgulis sodales
  • Ornare venenatis diam stique
  • Posuere dgio vulputate hender
  • Donec leout sestibulm posuer
  • Sestibulum iacgulis sodales
  • Ornare ve nenatis stique soda
  • Posuere dgio leout vulputate
  • Donec leout posuer sestibulm

Turpis ante

  • Sestibulum iacgulis sodales
  • Ornare venenatis diam stique
  • Posuere dgio vulputate hender
  • Donec leout sestibulm posuer
  • Sestibulum iacgulis sodales
  • Ornare ve nenatis stique soda
  • Posuere dgio leout vulputate
  • Donec leout posuer sestibulm